PasserellesVolume 13Numéro 3 • Octobre 2012

L’Afrique face au défi de l’intégration économique


Discuss this articleShare your views with other visitors, and read what they have to say

Ce numéro d’octobre 2012 de Passerelles est spécialement consacré à l’intégration régionale en Afrique. Sortant des lieux communs et de la description simple des bienfaits intrinsèques ou les avantages ou enjeux de l’intégration, telle qu’on peut les voir dans la théorie classique, la
plupart des articles abordent des cas concrets tirés des expériences en cours sur le continent
africain en matière d’intégration.

Le renforcement de l’intégration africaine est devenu l’un des enjeux principaux du continent. Certes, le projet d’intégration économique du continent est presque aussi vieux que l’indépendance de la plupart des pays africains. Mais il est communément admis que ce projet n’a pas atteint le niveau de réalisation ou de maturité auquel l’on pouvait légitimement s’attendre au bout de quatre décennies de mise en oeuvre. A titre d’exemple, du Plan d’action de Lagos en 1980 au NEPAD en 2002, en passant par le Traité d’Abuja en 1991, les programmes et projets conçus sur le continent ont été bien nombreux. Peu ont pourtant débouché sur des résultats à la dimension de l’espérance qui était placée en eux, même si, il faut le reconnaitre, des succès ont tout de même été réalisés surtout au niveau de certaines régions africaines.

Les retards enregistrés dans le processus ne semblent pas pour autant avoir poussé au découragement. Lors du dernier sommet de l’Union africaine, dont l’un des thèmes portait sur le renforcement du commerce intra-régional en Afrique, une décision majeure a été prise par les Chefs d’Etat pour relancer le processus de mise en oeuvre du Traité d’Abuja à fin de parvenir à la Zone de libre échange continentale à l’horizon 2017. Ce numéro revient largement sur ce projet et donne un éclairage nouveau sur la feuille de route et les jalons et repères qui doivent conduire au marché commun africain. La construction de ce vaste marché africain devra s’appuyer sur les Communautés économiques régionales (CER) dont certaines sont déjà parvenues à des niveaux d’intégration très appréciables, tandis que d’autres ont lancé des initiatives conjointes destinées à bâtir des programmes intercommunautaires. C’est le cas en particulier de la Zone de libre échange tripartite COMESA-SADC-CAE en phase de construction.

Mais bâtir l’intégration, c’est aussi considérer les nombreuses contraintes et défis internes et externes qui peuvent par moment engendrer des difficultés. De même que la réalité des relations économiques internationales et des obligations juridiques influencent les stratégies et options de développement des régions, les choix politiques régionaux ne peuvent être déconnectés du contexte international. Le cas de la CEDEAO offre une belle illustration sur la façon dont les engagements extérieurs des membres d’une Communauté régionale peuvent complexifier ou entraver la mise en oeuvre de politiques régionales autonomes. Le problème des taux consolidés par certains de ses Etats membres à l’OMC en relation avec le Tarif extérieur commun est largement décrit. Des solutions sont aussi proposées.

Nous vous souhaitons une très bonne lecture !
L’équipe de Passerelles

Add a comment

Enter your details and a comment below, then click Submit Comment. We’ll review and publish the best comments.

required

required

optional