Passerelles SynthèseVolume 12Numéro 4 • Mars 2011

L’Afrique du Sud entre dans le groupe des BRIC


Discuss this articleShare your views with other visitors, and read what they have to say

L’Afrique du Sud est officiellement devenue membre du groupe des BRIC le 23 Décembre 2010.

Après l’admission de l’Afrique du Sud, le BRIC est rebaptisé le BRICS. La décision du BRIC d’accorder à l’Afrique du Sud le statut de membre à part entière du groupe a été un choix stratégique et mutuellement bénéfique, ont indiqué des médias sud-africains.

“Nous sommes convaincus que l’accession sud-africaine promouvra le développement du BRIC et renforcera la coopération entre les économies émergentes”, a affirmé mardi Jiang Yu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d’un point de presse.

Le président chinois Hu Jintao avait donné une lettre d’invitation à son homologue sud-africain, Jacob Zuba, pour l’inviter à participer à la 3e réunion des dirigeants du BRIC, qui se déroulera en 2011 à Beijing, a confirmé Mme Jiang.

Elle a également qualifié de stable, réciproquement avantageuse, ouverte et transparente la coopération entre les pays du BRIC.

La tendance que les économies émergentes et les pays en voie de développement constituent les nouveaux moteurs de la croissance économique mondiale, avec l’accession sud-africaine au BRIC, sera très en vue, a indiqué Folha de Sao Paulo, journal brésilien à grand tirage.

Les pays en voie de développement joueront un rôle plus important et plus positif dans la mise en œuvre de la prospérité de l’économie mondiale, a-t-il ajouté.

D’après des experts indiens, l’adhésion de l’Afrique du Sud ne profitera pas seulement à la coopération entre les pays du BRIC, mais aussi au développement économique africain voire mondial.

Le ministère russe des Affaires étrangères a fait savoir que l’entrée de l’Afrique du Sud au BRIC était “en conformité avec les tendances d’un développement mondial soutenu, dont l’émergence d’un système international caractérisé par de multiples centres”.

“L’entrée de (l’Afrique du Sud), un participant actif au G20 et la première puissance économique en Afrique, accroîtra non seulement le poids économique total de notre association mais aidera également à créer des opportunités pour la coopération pratique et mutuellement bénéfique au sein du BRIC”, a affirmé le ministère.

Andrie Pineri, un chercheur de l’Institut de recherche économique appliquée, basé au Brésil, a récemment confié à Xinhua que l’entrée de l’Afrique du Sud au BRIC promouvrait certainement l’influence du groupe dans l’économie mondiale. Cependant, il a appelé les économies émergentes à mener une coopération plus étroite, afin de réduire l’écart de longue date entre les hémisphères nord et sud et d’atténuer le déséquilibre de l’économie mondiale.

Le gouvernement brésilien a salué l’adhésion de l’Afrique du Sud au groupe des BRIC, qui comprend actuellement le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. L’Afrique du Sud est un pays avec lequel le Brésil développe un partenariat stratégique et mène un dialogue et la coopération à grande échelle dans le cadre du forum de dialogue des IBSA (Inde, Brésil et l’Afrique du Sud), a indiqué le communiqué.

L’Afrique du Sud et le Brésil sont également membres de groupes majeurs, tels que le G20, le G77 et le sommet Amérique du Sud-Afrique, a-t-il ajouté.

“L’adhésion de l’Afrique du Sud élargira la représentation géographique du mécanisme au moment où nous cherchons, au niveau international, à réformer le système financier et à accroître la démocratisation de la gouvernance mondiale”, a indiqué le communiqué.

“BRIC” est un terme inventé en 2001 par l’économiste Jim O’Neill, économiste de la banque américaine Goldman Sachs, qui prédit que le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine seront les forces dominantes économiques d’ici 2050.

Le prochain sommet du BRIC se tiendra en avril 2011 à Beijing, Chine, et l’Afrique du Sud s’y adjoindra pour la première fois.

Selon le Fonds monétaire international (FMI), les quatre membres du BRIC représenteront 61% de la croissance mondiale en 2014. Des analystes estiment que l’Afrique du Sud pourrait bénéficier des accords commerciaux préférentiels et économiques qui pourraient être conclus avec ces pays.

Source : Xinhua ; synthèse ENDA

Add a comment

Enter your details and a comment below, then click Submit Comment. We’ll review and publish the best comments.

required

required

optional